Poules, préservatifs et feu géant : le meilleur du festival de Dour

Par Juliette Redivo - Photos : DR

Poules, préservatifs et feu géant : le meilleur du festival de Dour
Par Juliette Redivo - Photos : DR

Du reggae au métal, en passant par la drum and bass et le rap, la programmation du festival de Dour part dans tous les sens. Un line-up éclectique que l'on doit aux deux chefs d'orchestre de l'évènement, Alex Stevens et Mathieu Fonsny. À un mois de la vingt-sixième édition, nous retrouvons Mathieu Fonsny à l’intérieur d’un café pour parler, entre autres, de Dom Pérignon, d'une histoire de chapeau en croco brûlé et de mecs à poils.

 

    

"Dour a un public ouvert donc même de la country suédoise jouée par des Japonais pourrait attirer le public."

Quels sont les trois groupes que tu ne veux pas rater cette année ?

Nas c’est sûr, il refait Illmatic vingt ans après sa sortie, c’est une chance de l’avoir. Après, Future Islands, parce que ce mec est fou et fait de la bonne musique. Et puis Chet Faker, pour ce nouveau son entre électro et hip-hop mielleux.

Comment trouves-tu ces artistes ?

Avec Alex Stevens, nous assistons à un maximum de concerts, on regarde la réaction du public et comment on se sent. Après, on imagine ce que ça donnerait au festival. Dour a un public ouvert donc même de la country suédoise jouée par des Japonais pourrait attirer le public.

Quand tu vas à ces concerts, tu amènes quelque chose de particulier ?

Déjà, j’essaye d’avoir toute ma tête… et puis quelques euros pour boire des bières.

Il y a un artiste que tu aimes beaucoup mais que tu n’as jamais pu programmer ?

Burial, c’est mon Dieu, mais le mec n’a jamais fait de concert de sa vie.

Burial

Burial

Quelle est la nouveauté de ce festival ?

On va ouvrir un ancien bassin de charbon pour organiser des projets imaginés par les festivaliers. On a reçu plus d'une centaine de propositions de projets dont un car wash humain et un marché aux puces. Si tu veux organiser un tournoi de crickets indien, tu peux le soumettre.

Quelle est la pire chose qu’un groupe t’a demandé d’avoir ?

Le Wu Tang Clan voulait du Dom Pérignon. À Dour on n’en trouve pas : c’est une zone campagnarde. Je me souviens qu’un stagiaire est allé jusqu’à Lille pour acheter quatre ou cinq bouteilles. Et puis sur scène, les mecs du Wu Tang on dit « Salut Dour » en ouvrant les bouteilles sur le public. Le stagiaire était dégouté. Après, on a mis de fausses étiquettes de Dom Pérignon sur des bouteilles de Carat.

En parlant de champagne, combien de gobelets sont prévus cette année ?

Tu sais, là où le Français n’en boit qu’une, le Belge en boit trois ! Je pense qu’on arrive à un million.

La personnalité qu’on ne croisera jamais au festival ?

Bart De Wever [leader du parti indépendantiste flamand Nieuwe-Vlaams Alliantie, ndlr], c’est le mec qui est en train de former notre gouvernement et je pense qu’il n’a pas intérêt de venir…

Bart De Wever

Bart De Wever

L’annulation de dernière minute que tu n’oublieras jamais ?

En 1998, Louise Attaque devait jouer le jour de la finale de la Coupe du monde. La rumeur disait qu’ils avaient annulé pour regarder la finale, du coup, l’organisation et les festivaliers leur en ont voulu. En fait, ils étaient bloqués dans le bus.

"Tu sais, là où le Français n’en boit qu’une, le Belge en boit trois !"

Dans un autre genre, l’histoire la plus insolite sur le camping ?

Il y a plus de dix ans, un feu a été démarré par des festivaliers. Le dernier jour du festival, des mecs ne voulaient pas partir. Ils ont brulé toutes leurs affaires, les tentes et les sacs. Mille personnes se sont rassemblées autour, dont un mec qui avait un chapeau en cuire de crocodile. Tout le monde lui disait de le brûler, mais le mec ne voulait pas. Finalement, il a dit : « OK, pour la communauté de Dour ! » Et puis ils ont tous jeté leurs affaires. Le feu était énorme et, à la fin, tout le monde est allé se coucher.

Si on se promène dans le camping à 5h du matin, on tombe sur qui (ou quoi) ?

C’est là que ça commence, tu verrais tout le monde debout ! Surtout, 35 000 campeurs qui auront envie de se donner une boîte de raviolis et de trouver un café pour le boire ensemble. Puis on dort deux trois heures et on recommence.

L’objet le plus étrange que des festivaliers ont voulu apporter ?

Des gens ont demandé s’ils pouvaient amener des poules.

Les déguisements les plus farfelus que tu as vu ?

Des gens sont complètement nus. On a déjà tous essayé de mettre des habits marrants, j’étais d’ailleurs le premier à me travestir pour aller à des festivals.

Les quatre objets pour former le kit de survie du festival ?

- le programme : pour ne pas se perdre dans le festival

- des bottes : à Dour c’est quitte ou double, soit tu es dans les tranchées dans la boue, soit tu es en plein cagnard. Quand il pleut en Belgique, tout le monde reste pour sauter et glisser dans la boue.

- un signe de tribu : au bout de deux jours, tu n’as plus de batterie, donc ça t'aide à te faire repérer.

- un préservatif : on ne sait jamais comment la journée peut terminer…

Par Juliette Redivo 

Photos & vidéos : DR