Jurassic Porn

Par Kevin Poireault

Jurassic Porn
Par Kevin Poireault

Jurassic Porn

Taken by the T-Rex, Ravished by the Triceratops... Sur Amazon, on trouve des bouquins d’un genre nouveau bien particulier, le dinoporn ou dinosaur erotica, comme on l’appelle aux États-Unis. Poussées par le succès de Cinquante nuances de Grey et incitées par la discrétion de lecture que permettent aujourd’hui les liseuses, Alara Branwen et Christie Sims, deux étudiantes texanes, ont lancé la chasse littéraire aux dinosaures. Récit d’une aventure torride et monstrueuse.

Hier, Jurassic Park, Denver, le dernier dinosaure et Le Petit dinosaure. Aujourd’hui, Jurassic World et le prochain Disney Le Voyage d’Arlo (The Good Dinosaur en VO). Y a pas à dire, les dinos n’ont pas disparu du petit et du grand écran ! Mais n’oublions pas que c’est un écrivain, Michael Crichton, qui a inspiré la saga lancée en 1993 par Steven Spielberg. D’ailleurs, ces dernières années les dinosaures inspirent de nouveau la littérature avec l’avènement d’un nouveau genre, le dinoporn. Apparu pour la première fois la même année que Jurassic Park premier du nom avec un film allemand assez obscur sobrement nommé Angriff der Pornosaurien (« L’attaque du Pornosaure »), avec ce bon Rocco Siffredi en guest star, le genre n’avait pas spécialement engendré beaucoup d’émules. Enfin, ça, c’était jusqu’à l’année 2012, moment où Alara Branwen et Christie Sims, deux étudiantes de l’université A&M du Texas, se sont découvert un penchant commun pour les monstres, une imagination sexuelle débordante, et une envie de réunir les deux dans des fictions littéraires.

« Je me suis toujours intéressée à la fiction érotique, explique Alara Branwen, l’une des deux comparses. Cela m’excitait beaucoup plus que le porno vidéo car je pouvais laisser cours à mon imagination plus facilement. Cela avait beaucoup plus d’impact sur moi. » À l’époque, Alara étudie les maths, la finance et la littérature. Mais dès qu’elle n’est pas plongée dans ses études, son esprit est bouffé par ses problèmes de fric, malgré son job de caissière dans un supermarché. Jusqu’au jour où elle réalise que le succès du « porno pour ménagère » Cinquante nuances de Grey de la Britannique E.L. James pourrait bien ouvrir d’autres brèches. Elle se lance alors dans le monster erotica, nouveau genre littéraire érotique qui met en scène de jeunes demoiselles en détresse virilement enfourchées par des centaures, des loups-garous ou des dinosaures. Elle met ses créations en ligne sur Amazon, et l’affaire prend un tour plus qu’inattendu « C’est simple, en un mois, je gagnais plus qu’avec mon boulot à mi-temps. »

Prise par le T-Rex, prise par le Ptérodactyle, etc.

Étudiante en comptabilité, Christie Sims commence à débloquer quand elle voit sa copine Alara se faire autant de blé, aussi facilement avec ses petites nouvelles de dix à vingt pages, alors qu’elle galère à donner des cours particuliers en maths pour vivre. Un peu émoustillée aussi à la pensée d’être prise par un T. rex, elle se joint donc à Alara dans ce que toutes les deux qualifient aujourd’hui de « writing business ». En trois ans, elles ont écrit plus de trois cents histoires érotiques avec toutes sortes de monstres – ou pas d’ailleurs – parmi lesquelles Taken by the T-Rex, Taken by the Pterodactyl et Ravished by the Triceratops forment le top trois de leurs ouvrages plus commentés sur Amazon, où elles vendent directement leur livres en passant par des plateformes de self-publishing« Nous ne sommes pas aussi tordues dans notre vie que l’on pourrait le croire, confie Alara, qui se définit comme une fille simple, discrète, qui aime sortir avec ses amis et mène une vie normale. «Mais on a bien nos petits “trucs” : Christie est dans le BDSM [pratiques de bondage, discipline, domination, soumission, sadomasochisme, ndlr]  et moi j’aime beaucoup pratiquer des jeux de rôle assez bizarres au lit. » Qu’est-ce que la normalité, après tout ?

Peu concernées par les questions scientifiques et idéologiques que soulèvent les univers qu’elles décrivent où les Hommes vivent en harmonie avec les dinosaures et où des jeunes femmes des cavernes tentent d’oublier les attouchements sexuels de leur père avec un vélociraptor, elles choisissent les protagonistes en fonction de leur rôle : « La plupart d’entre eux sont plutôt des “good guys”, analyse Alara, car je pense que mes lecteurs préfèrent lire des histoires avec ce type de héros, hommes, dinosaures ou toute autre créature. Ils se reconnaissent davantage en eux et par conséquent sont plus excités. » Et d’une certaine manière, les lecteurs et lectrices ne disent pas le contraire, à l’instar par exemple de Stacy Mona Tucker, une consommatrice d’Amazon qui disait à propos de Taken by the T-Rex des deux auteurs, vendu sur Kindle pour la modique somme de 1,12 dollar : « Si vous êtes en recherche de porno de type “dinosaure sur femme” (et qui ne l’est pas ?), votre recherche vient de trouver son graal. En occupant cette niche littéraire, ignorée jusque-là, l’auteur a su déceler l’intérêt insatiable du public pour le désir sexuel des dinos à l’égard des femmes. Les femmes humaines. Je suis impatient de lire la suite des aventures qui vont jalonner leur romance, les possibles tromperies, les problèmes épineux de leur relation, et le destin de leurs futurs enfants. » On conviendra qu’il est difficile de faire une meilleure publicité, quand bien même certains moquent un peu le succès des deux comparses.

On n’arrête pas le progrès

Aujourd’hui, une troisième mousquetaire s’est jointe aux deux auteurs. Elle s’appelle Pepper Laramie – un nom de plume comme les deux autres – et vient poser sa voix guillerette sur les textes des deux copines afin de proposer une version audio de leurs récits érotico-préhistoriques. Le « writing business » d’Alara et de Christie est d’ailleurs en pleine évolution. « Christie est en train de s’éloigner vers des activités sans rapport avec l’écriture et va finir son master en comptabilité, développe Alara. Moi, j’écris à plein-temps depuis trois ans déjà et je projette d’écrire de la fiction interactive, des jeux textuels – ma passion – et beaucoup d’autres genres littéraires. Mais à cause de l’évolution constante d’Amazon et de l’atmosphère économique du marché des ebooks indés, je dois me concentrer au maximum sur le monster erotica pour l’instant. » Et écrire des histoires de dinos non-érotiques ? « Je ne suis pas une inconditionnelle des dinosaures, mais oui, j’aimerais aussi écrire de la non-fiction sur les dinosaures. » En attendant qu’Alara étende son panel, d’autres écrivains, comme Pippa Pout ou Hunter Fox, se sont lancés dans le dinoporn.

Et comme l’imagination de ces jeunes auteurs ira aussi loin que le genre littéraire érotique leur permet, on trouve même aujourd’hui des récits où des être humains copulent avec des trucs bien moins glamour et charnels que des dinos, tels que les déjà incontournables Taken by the Tetris Blocks, Invaded by the iWatch… Tous à vos liseuses !

Par Kevin Poireault

Retrouvez d'autres histoires tordues sur les dinos dans le dernier Snatch, actuellement en kiosques !