Le portfolio de la semaine : « How much can you carry ? » par Floriane de Lassée

Propos recueillis par Alexandre-Reza Kokabi

Le portfolio de la semaine : « How much can you carry ? » par Floriane de Lassée
Propos recueillis par Alexandre-Reza Kokabi

J'étais bien inconsciente, lorsque j'ai décidé de suivre mon compagnon pour un tour du monde de quartorze mois... Moi, l'amoureuse des lumières nocturnes des grandes urbanités, fan des gratte-ciels qui « grattent vraiment le haut du ciel ». Eh bien, je me suis retrouvée en plein jour, pleine lumière, dans la poussière si caractéristique de certains pays d'Afrique, comme l’Éthiopie.

J'ai donc dû me résoudre à ranger toutes mes habitudes de côté, pour partir « from scratch » : une idée nouvelle devait sortir de terre. Une idée universelle, qui pourrait toucher autant les personnes photographiées que celles qui achèteraient mon livre ou verraient mes expositions. L'idée de rendre hommage à ces porteurs de vie m'est venue un jour où nous sillonnions en 4x4 une route poussiéreuse d’Éthiopie.…

Aru, Ethiopie, 2012

Aru, Ethiopie, 2012

Le portrait d'Aru est la première image réalisée. Je lui ai proposé de se mettre en scène avec ce qu'elle avait sur le dos ou ce avec quoi elle vivait. Le poids est à la fois physique, mais aussi psychologique (traditions, éducation, famille...).

Je l'ai timidement postée sur Facebook pour voir un peu les réactions. Les retours ont été positifs et c'est ce qui m'a donné envie de développer l'idée. Ça parlait vraiment à tous : enfants comme vieillards, experts en art comme novices, voire incultes… Du fin fond d'une tribu jusqu'à mon galeriste parisien (La Galerie Particulière, 16 rue du Perche, 4e), tous riaient.
 

Anga, Indonésie, 2013

Anga, Indonésie, 2013

Ici, en Indonésie, Anga porte tous les paniers nécessaires pour tenir une maison. Ils font référence à la fois à son rêve de dinette grandeur nature mais aussi à ses responsabilités d'aide ménagère au sein de la famille, malgré son jeune âge. Avec ces objets, nous avons réalisé une sorte de « pièce montée ». Là, on a l'impression que le monde lui tombe sur la tête !

Qu'on se rassure, lorsque les charges sont lourdes, comme ici, je soutiens la « pièce montée » avec deux fils, par la suite effacés numériquement.

Casim, Rwanda, 2012

Casim, Rwanda, 2012

Casim est vendeur de valise dans un tout petit village au Rwanda. Dans un pays qui se reconstruit douloureusement, qui aura la nécessité d'acheter des valises pareilles ? Il vend aussi des matelas, heureusement ! À voir le design des valises, elles doivent bien être là depuis bien des années.

Mais son magasin, c'est sa vie, son pécule, son bien le plus précieux. Sa richesse et son poids à la fois.

Magdès, Ethiopie, 2012

Magdès, Ethiopie, 2012

J'ai souvent hésité à inclure cette image de Magdès l'Éthiopienne dans ma série. Elle pleure de rire mais je ne savais pas si le public comprendrait qu'il ne s'agit pas de tristesse. Comme je travaille numériquement avec mon ordinateur, les modèles voient l'image finale. Ce qui donne l'occasion d'en rire ensemble et de sélectionner les meilleures.

Jeunes népalaises, Annapurnas, 2013

Jeunes népalaises, Annapurnas, 2013

Nous sommes début février, dans la chaine des Annapurnas au Népal. Il fait un froid terrible et il n'y a pas un touriste à la ronde. J'ai eu envie de parler du poids de la vie en me concentrant sur la famille. Etre la dernière n’est pas facile, mais assumer le rôle de l’aînée n’est pas non plus évident. Au milieu, on se retrouve étouffée entre les grands et les petits. Pas évident d’accepter sa place dans la famille !

"How Much can You Carry ?" fait l'objet d'une exposition au Musée des Avelines à Saint-Cloud jusqu'au 13 juillet (Hauts-de-Seine) et d'un livre (28 euros) sorti en juin 2014 aux Editions Filigranes.