Le portfolio de la semaine : « Removals » par Maija Tammi

Le portfolio de la semaine : « Removals » par Maija Tammi

Pour sa série « Removals », la jeune photographe finlandaise Maija Tammi a passé près de deux ans à zoner dans les couloirs des hôpitaux de Tampere, pour y prendre en photo les organes cancéreux enlevés par chirurgie. L’idée : renouveler l’image même de la maladie en la montrant une fois détachée de la personne.

Attention, certaines images peuvent heurter votre sensibilité. 

 

Calcul biliaire, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Calcul biliaire, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

J’étais intéressée par l’idée visuelle des choses. Par exemple, si vous demandez à quelqu’un de dessiner un téléphone, la plupart dessineront des vieux téléphones fixes avec le support, comme il y a 30 ans. Personne ne dessinera d’iPhone. Moi, ce qui m’intéressait, c’était la maladie car l’idée visuelle générale des gens, ce sont des personnes en train de mourir dans un hôpital. Je voulais montrer une autre vision de la maladie, exclure les malades et essayer de voir les choses différement. Que ces tumeurs et cancers n’aient plus de propriétaires, qu’elles soient à tout le monde et personne en même temps.

 

Intestin, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Intestin, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

C’est donner une forme à quelque chose dont on ne sait rien, comme le cancer. Je crois qu’Umberto Ecco dit dans Le Nom de la Rose que « La beauté d’un corps s’arrête à la peau. Toute la grâce est constituée de mucus et de sang, d’humeur et de bile. Et si cela vous révolte de toucher du mucus et des excréments du bout de vos doigts, alors comment pouvons nous désirer d’embrasser le sac qui contient ces excréments ? »

 

Cancer des ovaires, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Cancer des ovaires, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

Il y a eu beaucoup de bureaucratie. J’ai shooté dans deux hôpitaux différents. La plupart des hôpitaux partent du principe qu’une fois que quelque chose est enlevé du patient, alors ce quelque chose appartient à l’hôpital. Donc je n’ai pas eu besoin d’autorisations particulières auprès des patients, je ne les jamais connu. 

 

Calcul biliaire, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Calcul biliaire, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

Généralement, on me prévenait à l’avance et j’étais à l’hôpital pour la journée. Ils me donnaient un téléphone, je passais mon temps en salle de repos des infirmiers et ils m’appelaient de la salle d’opération une fois qu’un organe est retiré, que je puisse le prendre en photo. La plupart du temps, je demandais aux chirurgiens ou à des infirmières de mettre l’organe dans un récipient propre. Une grande partie des photos a été prise dans un coin de la salle d’opération mais pas toujours dans la même que celle où l’opération a eu lieu. Des fois j’allais dans la salle d’à côté si elle était vide. La plupart du temps, je prenais les photos alors que l’opération continuait donc je ne pouvais pas trop toucher à la lumière. Je n’avais que quelques minutes pour prendre les photos car la plupart de ces cancers devaient être examinés. J’ai passé une quinzaine de jours dans les hôpitaux sur une période de deux ans. Chaque fois que j'y allais, je prenais entre deux et sept séries de photos.

 

Cancer du sein (poitrine entière retirée), 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Cancer du sein (poitrine entière retirée), 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

La première photo que j’ai faite, c’était un test pour savoir si j’en étais capable. J’étais très frustrée car je n’avais pas réalisé que l’organe serait dans ce récipient métallique. Or, il n'est pas vraiment pratique parce qu’il reflète énormément la lumière. J’étais plus inquiète par le rendu final à cause de cela que du fait que je venais de prendre un morceau de corps humain en photo. Ca m’a pris du temps pour trouver un moyen de ne pas avoir de reflet. Je ne voulais pas non plus rendre les choses trop repoussantes non plus. C’est pour ça que je demandais à chaque fois à avoir un récipient propre pour la photo. Car ceux dans lesquels les chirurgiens mettent les parties extraites contiennent énormément de sang. 

 

Amputation due à un cancer de la main, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Amputation due à un cancer de la main, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

Le fait d’avoir l’appareil entre les membres et moi-même m’a permis de ne pas trop réaliser ce que j’étais en train de prendre en photo. Je n’étais concentrée que sur l’apparence des choses. C’était comme une sorte d’écran de protection. Il y avait une certaine distance. Je n’ai pas trouvé ça trop perturbant, je ne me concentrais que sur l’esthétique. 

 

Amputation due à un cancer du pied, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Amputation due à un cancer du pied, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

Les gens sont dégoutés par les photos, et en même temps, ça les fascine. Ce qui est plutôt intéressant, c’est que quand ils ne savent pas ce qu’ils regardent, ça les intrigue, ils trouvent ça beau. Puis ils lisent qu’il s’agit d’un calcul biliaire et d’un coup, cette sorte de cacahuète qu’il trouvait mignon devient repoussante. 

 

Goître, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Goître, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

Cancer du rein, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Cancer du rein, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

Amputation due à un cancer du colon, 60 x 40 cm,  édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Amputation due à un cancer du colon, 60 x 40 cm, édition 5 des séries "Removals", 2011-2013.

Publication accordée à Snatch Magazine dans le cadre de l'interview de Maija Tammi. Toute autre utilisation est interdite. Aucune modification accordée à des tiers.

Propos recueillis par Arthur Cios

Photos par Maija Tammi