Sommaire de Snatch n°32

Sommaire de Snatch n°32

Pour le mois d’avril : Snatch Magazine

dossier spécial DJ

APERÇU DU SOMMAIRE DE SNATCH N° 32

En kiosque actuellement


 DOSSIER : « DJ POUR TOUS »

En 2015, le DJ aurait presque dépassé son statut de phare de la nuit pour devenir un pilier du monde libre. De Las Vegas à Paris en passant par Atlanta et la Roche-sur-Yon, nous nous sommes immergés dans le quotidien de quatre d’entre eux.

Avicii : Le roi du vent

A 25 ans, Tim Bergling alias Avicii fait danser des milliers de jambes dans toutes les boites de la planète. Au rythme de son EDM, une electro calibrée pour les très gros clubs, il s’est imposé comme un des dix DJ les mieux payés du monde. Pourtant, son piédestal reste fragile. Sous perfusion permanente de Red Bull, cigarettes et autres sandwichs d’aéroport, Avicii est un gamin un peu angoissé qui vit dans la crainte de perdre sa place dans un monde superficiel.

Brodinski : À l’orée de la cour des grands

Coqueluche de la nouvelle vague electro française, Louis Rogé est un petit gars qui a commencé tout en bas de l’échelle, à 15 ans, dans des bars rémois miteux. Une douzaine d’années plus tard, avec la sortie de BRAVA, son premier album sur un créneau où sa fan base ne l’attendait pas forcément, Brodinski est à un virage de sa carrière. Pendant plusieurs semaines, nous avons pénétré son quotidien, un univers peuplé d’amis fougueux, de longues sessions de studio et de photos coquines qui inondent son compte Instagram.

Marco Dos Santos : À la recherche du temps perdu

Dans le petit milieu de la nuit parisienne, Marco Dos Santos, 39 ans, est un prince connu de tous. Passé par les clubs les plus branchés de la capitale depuis quinze ans, Marco est pourtant loin de l’image qu’on serait tenté de se faire de l’homme et de la fonction. L’histoire d’un DJ revenu de tout, qui ne court pas tant après le pognon et la fame que sa liberté et les souvenirs d’une fête d’un autre temps.

Yan Ogan : Tout le monde est là pour faire du bruit ce soir ?

Perdu aux Herbiers, un petit bled de Vendée, le New Palace ne manque pas pour autant d’atouts. Cette discothèque, la plus grande du coin, vit aux rythmes de son DJ résident, Yan Ogan. Tour à tour disc-jockey, animateur, ou communicant, il a pour charge de faire danser la jeunesse du coin et vendre du bonheur en décibels. Récit d’un week-end champêtre dans les pas d’un DJ touchant.


ACTUALITÉ

Interview : Jamel Debbouze Supernova

De Radio Nova à Canal+, du cinéma indépendant aux arcanes de l’industrie, Jamel s’est installé dans le salon des Français depuis vingt ans. Le petit gaillard qui a propulsé Omar Sy, signé des chèques à Spike Lee, et joué mille et un tours à Jean-François Bizot et Alain de Greef, est désormais un chef d’entreprise ambitieux. De retour au cinéma ces jours-ci, il nous a accordé un entretien fleuve et n’a pas été avare en anecdotes inédites. Spoiler : ça risque de grincer des dents à la direction de France 2.


DANS LE RÉTRO DE 

Enquête : Génération Première Embauche

En 2006, Bruno Julliard, Julie Coudry, Karl Stoeckel et Tristan Rouquier ont battu le pavé comme personne cette année-là. Parfois même pas majeurs, ces quatre-là ont mis leur vie personnelle entre parenthèse et se sont mobilisés pendant des mois pour une cause : le retrait du Contrat Première Embauche (CPE) de Dominique de Villepin. Presque dix ans après et une victoire de prestige en poche, ils racontent les dessous et reviennent sur ce qu’ils sont devenus. Avec des fortunes diverses.


Feuilleton – Danser la havanaise.

Au cœur de nos pérégrinations cubaines, nous avons rencontré l’un des garants de la noblesse du rhum local : Asbel Morales. Asbel est un « maestro ronero ». Cette fonction, uniquement occupée par sept hommes sur l’île requiert généralement deux décennies d’apprentissage et de transmission de savoir. À Cuba, Asbel a été le plus jeune aspirant à devenir maître, ce qui lui vaut une déférence absolue.


DANS L’ATELIER DE 

Nicolas Laugero Lasserre : gloire à l’art de rue. 

À 37 ans, le directeur de l’espace Pierre Cardin se plaît à collectionner des œuvres d’artistes qu’il apprécie et rencontre au gré de son métier. Ainsi, celui qui vient d’un milieu modeste s’est pris d’affection pour le street-art depuis une dizaine d’années. À tel point qu’il y engloutit toutes ses économies. C’est dans son appartement parisien que nous avons fait un tour d’horizon de ses pièces fétiches, qui, forcément, sont autant de tranches de son histoire à lui.


Et aussi

Le portrait d’Eugène Riconneaus créateur de souliers pour ces dames ; la découverte d’un métier particulier : celui de créateur de langues pour Game of Thrones ; du Philip K. Dick mis en image ; et enfin, plein de souvenirs des collaborateurs qui ont façonné le magazine depuis son lancement il y a cinq ans. Happy birthday Snatch !